18 octobre, 2005

TÔT OU TARD, CE SERA JAMAIS

Après l'audition de quatre titres, il a dit avec un sourire forcé "J'aime pas". Au moins c'est clair et ce n'est pas franchement une surprise : Tôt ou tard est un label très "chanson française" en pull (Delerm, Cherhal...), pas vraiment rock'n roll... et donc pas très raccord avec Tanger. Cependant les temps étant ce qu'ils sont, nous avions accepté l'invitation comptant sur une éventuelle volonté de décalage de la part d'un label plutôt mono-maniaque. "Je m'autorise des trucs parfois...", ouais... L'impression que tout était déja joué avant même l'écoute. Avec Tôt ou tard ce sera donc jamais. Encore un temps mort qui aura la mémoire vide.

Avec Tof on rejoint ensuite le studio pour fixer "Il y a un ange". Il revient de Lausanne où il jouait avec Alan Véga et les Étant donnés pour l'underground film music festival. Il y a rencontré des groupes assez barrés (Melt bananas, le shtroumpf Jo La Noïze...) et surtout les Cobra Killer dont la pochette du dernier LP me fait instantanément oublié la petite déconvenue matinale.



Gina V D'Orio et Annika Line Trost

5 Comments:

Anonymous Anonyme said...

Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

11:49 AM  
Anonymous Anonyme said...

Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

11:49 AM  
Anonymous Anonyme said...

Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

11:49 AM  
Anonymous Morgan. said...

Les méandres des labels.
Cruel manque de diplomatie, de gout, de directeurs artistiques de qualitée.. camisolant la créativitée Française, réduisant au silence ou a des scenes plus discrètes les artistes de talent, place aux enveloppes vides, il faut bien trouver de quoi rasasier la gloutonnerie crétine de ces âmes insensibles qui "danse, danse, danse" chaque nuit, c'est ainsi que l'ont remplace les Jacques en costard serré et les longues dâmes brunes par des jeunots qui termine leur rîmes par "talap talap" oui on est si loin de la chanson des amants, ou des solitudes de fin de mois, loin des textes baudelairien, la societée dans laquelle nous vivons regressent elle comme le fait la musique? j'ai si peur, j'ai deja vingt ans ou sont mes Jimmy, mes Janis, le néant..
Mais vous etes trop gourmant il ne faut jamais manger plus que ce que l'ont doit, le serpent devorera sa queue sans même s'en rendre compte, la scene underground renait dans l'ombre, les budgets des majors s'epuisent, encore une fois le peuple porteras les evenements et pas quatres connards derrière un bureau masturbé de la tête de beat electro en infrabasse.

Morgan.

11:22 AM  
Anonymous T(0)F said...

Whahhhh, "Killeuses" de Cobra.
Gina, la plus chaude des boissons froides...
Merci pour elles !

9:59 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home